Nadjima Saidou :

Nadjima, 18 ans, étudiante en pharmacie à Lyon.

Je fais partie de DSF depuis septembre 2016. J’ai grandi avec des rythmes et sonorités variés, puis les danses traditionnelles et ensuite les initiations à différents styles ont suivi, en fonction des opportunités qui se sont présentées à moi. Je n’ai pas vraiment de “style” de danse défini ni un niveau fou mais ce qui m’a amené à intégrer DSF c’est surtout le fait d’avoir pu observer de l’extérieur pendant un an.

C’est un cadre spécial dans lequel je me sens bien et qui permet de faire de belles rencontres et de s’enrichir autant au niveau de la danse que d’un point de vue humain. Pendant les quelques heures où on se voit chaque semaine, je me sens évoluer, je découvre des choses et aussi je me découvre moi-même un peu plus. Nos projets m’aident à me rendre compte qu’on est capables de faire de jolies choses avec notre propre corps mais aussi avec les autres, et que chacun à quelque chose à apporter. C’est une chance de pouvoir être avec des personnes aussi différentes et avec lesquelles le courant passe aussi bien tout en découvrant un aspect de la danse qu’on n’a pas l’habitude de pratiquer ou auquel on ne s’était pas forcément intéressé avant.

Grâce à DSF, je vis des choses que je n’aurais probablement jamais pu vivre autrement, ni aussi bien entourée, en communiquant un message important. J’ai pu avoir accès à plus de choses concernant la danse contemporaine, notamment au CCN, et acquérir des tas de connaissances et capacités.

C’est un très beau projet que je ne regrette pas d’avoir intégré et dont j’espère faire partie encore très longtemps.