Passerelles #1 - Lyon 2015

Le projet Passerelles était une semaine de rencontre entre le groupe rilliard DSF et le groupe Gsharim, un groupe israélo-palestinien (vingt quatre jeunes), lui même symbole d’un travail collaboratif entre deux communautés en conflit permanent.
La semaine a eu lieu du 15 au 22 février 2015 au Centre Chorégraphique National de Rillieux la Pape, Direction Yuval Pick.
La semaine “Passerelles” a permis aux jeunes de cultures et de religions différentes de se rencontrer, de trouver de liens et de communiquer. Pendant une semaine les jeunes français, palestiniens et israéliens dansaient, créaient, mangeaient et vivaient ensemble. Une semaine où la passion de la danse leur permettait de se rassembler et se réunir au delà des différences et des controverses.

Pendant 10 mois, le travail acharné de Sharon Eskenazi, Rabeah Morkus et Ilanit Tadmor a permis de transformer le rêve en action. Le projet « Passerelles » a grandi et rencontre une reconnaissance internationale. Du festival « Pèlerinage en Décalage » à « Tedx Jérusalem », en passant par les reportages TV en France ou en Israel, on s’intéresse à ce défi. Utiliser l’art, la danse dans ce cas, comme outil de rapprochement entre les communautés en conflit.

Ce projet nous tient fortement à cœur, et a encore plus de résonance dans le contexte actuel.
La culture doit, nous le croyons, prendre la place qui doit être la sienne pour lutter contre toutes les manifestations d’intolérance.

Témoignages Passerelles Lyon ❤️

« Le premier jour fut assez ordinaire, nous avons réussi à échanger quelques mots malgré la barrière du langage. Personnellement, j’ai eu l’occasion de rencontrer deux membres du groupe israélo-palestinien plus tôt dans la journée car ils ont pris un avion d’avance, cette rencontre fut une bonne chose, nous avons dansé toute l’après-midi ensemble, des liens qui se sont révélés être très forts se sont tout de suite créés. Le lendemain nous avons pu faire plus ample connaissance mais avec 26 différentes personnes ce n’est pas facile, du moins c’est ce que je pensais. Durant les ateliers, un langage commun s’est instauré au sein du groupe : la danse, le langage du corps est très clair. Alors que la journée se finissait, chacun devait rejoindre sa famille d’accueil, j’ai entendu un membre du groupe israélo-palestinien dire « Quand nous partirons, il y aura beaucoup de larmes … », et bien sûr ce fut une réalité. Plus nous avancions dans la semaine, plus le groupe devenait fusionnel, on ne distinguait plus deux groupes mais qu’un seul et unique sans aucune différence. Nous échangions sur nos différentes cultures, ainsi nous apprenions à mieux nous connaître. Pour moi, cette semaine fut très importante, dans ma vie c’est la première fois que je crée des liens aussi rapidement avec des inconnus. Bien que la semaine passerelle soit finie, nous nous sommes tous accordé sur un fait : « Ce n’était que le début ». Nous gardons toujours contact avec eux dans l’espoir de se retrouver très vite… »

« La semaine « passerelle » c’est comme ça que je l’appelle ! Quand je dis ce mot plein d’émotions resurgissent en moi, plein de souvenirs c’est comme si c’était hier !
C’est un projet qui tenait beaucoup à cœur Sharon. C’est vrai ! Faire venir des danseurs israéliens et palestiniens à Rillieux  c’est vraiment une initiative qu’on ne voit pas souvent ! Honnêtement j’avais des à prioris sur cette semaine parce que ce sont deux communautés qui sont en conflit depuis plus d’un siècle ! Mais une fois arrivé ici à Rillieux c’est toute autre chose que j’ai vu et je ne pourrais jamais l’oublié !!

Pendant cette semaine on a dansé non-stop à toute heure de la journée mais il y avait quelque chose au delà de toute ça une symbiose, un esprit de groupe que je n’avais jamais ressenti auparavant ! Cette semaine passée avec eux m’a apporté beaucoup sur le plan personnel et professionnel, j’ai noué des liens avec des personnes que je ne connais que depuis une semaine. Cette expérience, je suis fière de l’avoir vécue, d’avoir fait ces rencontres inoubliables; ce sont comme des frères et sœurs pour moi ! Cette expérience m’a fait grandir mentalement mais m’a fait prendre du recul sur la vie ce qu’il s’y passe je me suis pris une grosse claque nous français un peu timide n’osant pas leur parler et au final c’est eux qui nous accueillent dans notre propre ville ! C’est vrai, juste parce que ce sont deux communautés en guerre nous devons les considérer comme tel ici à Rillieux ?! Non au contraire ils nous on prouvé, ON leur a prouvé que voilà, malgré les conflits qui séparent ces deux communautés, nous avons pu danser en harmonie main dans la main avec passion et amour pour ce qui est notre passion à tous … La danse !! Ces frères et sœurs pour moi quand je leur parlais je me suis rendu compte à quel point c’était des personnes matures, intelligentes et belles !! Aussi cette semaine à danser avec eux ma ouvert les yeux sur la danse contemporaine ou classique j’étais fermé dans mon esprit hip-hop, street mais finalement je suis plus ouvert, j’ai du plaisir à faire de la danse contemporaine, je ne vois plus les choses du même œil maintenant !

Pour moi ces personnes c’est ma FAMILLE ! Je ne les oublierai jamais je n’ai pas pleuré leur retour car je sais que au delà de ces 3 000 km qui nous séparent, à ce jour, nous allons nous revoir pour revivre cette expérience avec eux ! »

« La semaine Passerelles a été pour moi une vraie découverte que ce soit social ou artistique, grâce à ça j’ai pu connaître et découvrir le monde de la danse contemporaine qui était pour moi inconnu à ce jour.
J’ai rejoint ce projet en cours de route au milieu de la semaine et pourtant la rencontre a été intense, une rencontre plein de câlins, d’affection et de partage en un rien de temps. Je me suis senti chez moi tout de suite et j’ai pu apprendre à les connaître et réaliser à quel point c’était un groupe et des gens merveilleux et cela nous a permis également de nous souder dans notre propre groupe DSF, maintenant c’est un gros manque pour moi que ce soit personnel ou au niveau de la danse et j’espère vraiment que ce projet continuera de plus belle dans le futur. »

« Nous nous sommes réveillés de ce rêve il y a trois mois : la semaine « Passerelle ». Nous avons accueilli un groupe israélo-palestinien venant d’Israël. Tout d’abord, ils devaient arriver dans la soirée, mais dans la matinée, deux garçons de ce groupe sont arrivés car ils avaient pris un avion plus tôt que les autres. Ainsi je les ai ramenés dans notre salle de danse, nous avons partagé notre après-midi. Le reste du groupe arriva dans la soirée, nous les avons accueillis autour d’un buffet. S’exprimer en anglais a été un défi, mais en aucun cas une barrière, nos conversations n’ont été qu’encore plus divertissantes. Mais il a été difficile de faire connaissance directement avec tout le monde car ils étaient nombreux et pour la plupart fatigués du voyage. »

LE FILM DE LA SEMAINE PASSERELLES EN VOD